Comment prendre soin d’un nouveau-né ?

Un nouveau-né a besoin de beaucoup de soins particuliers qui nécessitent beaucoup d’attention. Ainsi, que ce soit pour son hygiène, son repos et son allaitement, il est important de prendre toutes les précautions nécessaires à son bien-être. Découvrez dans cet article comment prendre soin d’un nouveau-né !

Prendre soin d’un bébé : l’hygiène

Prendre soin d’un bébé consiste à s’en occuper de manière appropriée pendant tous les gestes du quotidien. L’arrivée d’un bébé change toutes vos habitudes de vie et prend tout votre temps. Vous devez être en contact direct avec lui et certains gestes doivent être instinctifs tandis que d’autres doivent s’apprendre avec le temps. En effet, l’hygiène de votre bébé est l’un des soins importants à lui apporter et qui nécessitent de connaitre les gestes à maitriser. Il s’agit donc de prendre l’habitude de ces gestes simples afin d’éviter de stresser, de gagner du temps et de transformer chaque soin d’hygiène en un instant agréable, zen et serein pour votre bébé.

Le bain est un instant qui rappelle au bébé de forts souvenirs sur sa vie intra-utérine et son immersion dans le liquide amniotique. Cependant, donner le bain à un bébé, c’est aussi s’occuper de son hygiène. Votre bébé a donc aussi besoin d’être mouché, qu’on soigne son cordon ombilical, que ses oreilles soient nettoyées puis qu’on lui change sa couche régulièrement. Vous pouvez consulter le site www.unbrindefil.fr.

Aider le bébé à se reposer

Un nouveau-né a besoin de beaucoup de repos pour bien grandir et devenir plus fort. Ainsi, il peut dormir jusqu’à environ 16 heures par jour et vous devrez le réveiller pour le nourrir tous les deux heures. En effet, certains bébés ont un rythme de sommeil confus pendant les premières semaines qui suivent la naissance. Ainsi, il peut arriver que votre bébé soit plus alerte la nuit que le jour. Dans ce cas, vous devez l’aider à retrouver un cycle de sommeil idéal et il faudra vous armer de beaucoup de patience.

Il s’agira donc de limiter au maximum les stimulations le soir en tamisant les lumières et en parlant à voix basse. Veillez à ce qu’il soit toujours endormi sur le dos afin d’éviter les risques de mort subite. De plus, il est important de régulièrement alterner la position de la tête de votre bébé sur la gauche ou la droite pour limiter les risques de malformation du visage s’il dormait sur un seul côté.

L’allaitement

Lorsque vous optez pour l’allaitement maternel, il est conseillé de le faire dès la première fois que vous tenez votre nouveau-né dans vos bras. Pour cela, positionnez le corps de votre bébé près de votre corps de sorte que sa poitrine soit contre le vôtre. Ensuite, touchez sa lèvre supérieure avec votre téton puis remontez-le contre votre sein dès qu’il ouvre la bouche. Il est important que sa bouche couvre entièrement votre téton ainsi que la surface de l’aréole.

Normalement, l’allaitement ne devrait pas être douloureux. De plus, un nouveau-né doit être allaité entre 8 et 12 fois pendant ses 24 premières heures. Aussi, il est important de le nourrir dès qu’il ouvre à plusieurs reprises sa bouche ou semble chercher le téton.

Le soin d’un bébé est important et passe par la maitrise de plusieurs gestes et précautions à prendre.

Choisir un paysagiste : quels critères prendre en compte ?

Pour l’aménagement de vos jardins, de vos espaces verts et autres lieux semblables, vous pouvez décider de faire le travail vous-mêmes ou de faire appel aux services d’un professionnel. La plupart des personnes qui choisissent cette deuxième option ont plusieurs doutes et hésitations qui se présentent à elles. Ainsi, ils se demandent d’abord s’il faut choisir entre un jardinier et un paysagiste. Ensuite, elles se posent la question relative à comment s’effectuera ce choix ?

Si vous êtes-vous aussi dans cette situation, alors cet article est fait pour vous. Nous y verrons les critères importants dans le choix d’un paysagiste.

Prenez en compte sa renommée et sa notoriété

Si vous voulez acheter une voiture par exemple, vous entendrez sûrement parler de grandes marques qui en proposent de bonne qualité. Le principe est le même avec les paysagistes ou les entreprises dans ce domaine. Un nom viendra spontanément aux lèvres des personnes que vous interrogerez. Cela signifie que la personne ou l’entreprise désignée a une certaine notoriété dans le domaine. Ainsi, si vous avez besoin d’un paysagiste à Versailles dans les Yvelines, vous entendrez sûrement parler d’une entreprise ou d’une personne experte dans ce domaine.

C’est un facteur très important dans le choix du paysagiste, puisque vous pourrez consulter les travaux précédents réalisés par la personne que vous voulez choisir. La notoriété offre un côté rassurant et sécurisant aux personnes qui sont dans le besoin. Toutefois, il ne suffit pas que tout le monde parle d’un paysagiste pour que vous le choisissiez sans faire aucune vérification préalable. Prenez toujours soin de vous enquérir des compétences du professionnel à choisir.

Identifiez vos besoins

En dehors de la notoriété de votre paysagiste, vous devez également tenir compte du type de travaux que vous voulez réaliser. Il faut savoir que les paysagistes se spécialisent pour certains types de réalisations spécifiques ou sur des réalisations sur certains espaces. Consultez donc les catalogues des travaux du paysagiste que vous voulez choisir afin d’avoir un travail personnalisé et de qualité.

Vous pouvez même opter pour une entreprise qui évaluera en fonction de vos goûts et de votre personnalité le type de prestation dont vous avez besoin. De plus, le travail des paysagistes va varier en fonction du type d’événement pour lequel vous avez besoin de la prestation. Pensez donc à prendre cela en compte dans votre choix !

Demandez un devis

En dehors de vos besoins, de vos goûts et de la notoriété du paysagiste, il y a un autre facteur important à absolument prendre en compte. Il s’agit du devis de la prestation du paysagiste. Il faut savoir que les coûts de réalisation des prestations des paysagistes varient en fonction des agences, du type de réalisation et aussi de la région dans laquelle vous vous trouvez. Il est souvent recommandé de demander un devis à plusieurs professionnels afin de pouvoir effectuer des comparaisons. Cela vous permettra de faire le meilleur choix.

Il est aussi important de savoir lire un devis avec ses différentes parties. Vous saurez ainsi si le paysagiste effectuera le travail que vous désirez.

Comment fabrique-t-on la bière ?

La bière est une boisson alcoolisée qui est obtenue via un processus de brassage, cuisson et fermentation d’un moût de céréales telles que le maïs, le riz et l’orge. C’est l’une des boissons alcoolisées les plus commercialisées dans le monde entier. Sa fabrication est réalisée en 5 étapes. L’orge est la céréale de référence que nous avons sélectionnée pour illustrer ces cinq étapes de fabrication.

Le maltage ou trempage

Pour la fabrication de la bière, l’orge on sèche bien l’orge au préalable et on la stocke pendant une durée minimum d’un mois et demie. Cette période de stockage est nécessaire pour que les grains ne soient plus en dormance. Ensuite, les grains d’orge à utiliser pour la fabrication de la bière sont mouillés et aérés pendant 3 jours au plus pour les faire germer. Après une semaine, on soumet les grains à la torréfaction dans un milieu très chaud. À la fin du maltage, le grain peut devenir un Malt blond, noir, roux ou brun qui déterminera la couleur de la bière.

Le brassage

On concasse et on réduit en farine le malt ainsi obtenu pour le mélanger avec de l’eau chaude. On chauffe progressivement ce mélange pour libérer les enzymes responsables de la synthèse de l’amidon en sucres. Le malt avec les enzymes est le moût qui est débarrassé des éléments solides pour être soumis au brassage, à l’ébullition. C’est à cette étape que le houblon est ajouté pour la conception de la bière. En fonction du moment d’ajout du houblon, la bière est plus ou moins amère. Le moût de qualité contient des sucres qui deviendront de l’alcool et du gaz carbonique au moment de la fermentation.

La fermentation

À cette étape de la fabrication de la bière, on ajoute les levures pour la production de l’alcool. Cette fermentation d’au plus une dizaine de jours peut se réaliser de manière basse, haute, spontanée et mixte.

·         La fermentation basse

D’une durée de dix jours, cette fermentation se fait à une température de 5 °C à 14 ° C. Elle nécessite l’usage des levures Saccharomyces pastorianus qui coulent au fond de la cuve. C’est la fermentation utilisée pour la préparation des bières pale lager, lager ambrée et lager brune.

·         La fermentation haute

D’une durée de 4 à 8 jours, cette fermentation se fait à une température de 15 °C à 20 ° C. Elle nécessite l’usage des levures Saccharomyces cerevisiae qui montent à la surface de la cuve de brassage. C’est la fermentation utilisée pour la préparation des bières Ales.

·         La fermentation spontanée

Cette fermentation se déroule par contamination de levures et bactéries en suspension dans l’air ambiant tel que la Brettanomyces bruxellensis et la Brettanomyces lambicus. Elle ne nécessite donc pas l’usage des levures cultivées.

·         La fermentation mixte

Peu répandue, cette fermentation est suivie par le retrait des levures de la cuve. Elle peut impliquer la garde afin de décanter les particules de levures et résidus de houblon, ou l’utilisation des filtres micrométriques à diatomées et une centrifugeuse.

Le conditionnement

C’est la dernière phase du processus de fabrication de la bière. On conserve la bière qui résulte de la fermentation dans des réservoirs avec une contre-pression de CO2 pour éviter la contamination par les agents pathogènes et l’oxygène susceptible de dégrader la bière. Suite à cette période de garde, on peut conditionner la bière en pression, bouteilles ou canettes. Pour vous approvisionner en bières artisanales, Ma Bière Artisanale vous propose une bonne sélection démontrant le savoir-faire français. Il existe en effet différents types de bières artisanales, et toutes n’ont pas le même goût.